Qui aura la largeur d’esprit suffisante, pour comprendre que le community management ne sera plus  limité à un environnement géré au sein des réseaux sociaux ?

Le Brand Content tel qu’il est défini par Olivier Altmann, co-président de Publicis Conseil en charge de la création,

Le Brand Content c’est finalement ce que devrait être la bonne publicité. Un échange entre une marque réussissant à construire une relation émotionnelle avec son public et un consommateur ayant le sentiment d’être diverti sans sentir la pesanteur d’une pression commerciale

peut être par extension un levier, duquel devrait s’inspirer le community management de demain.

Le community manager n’est pas “encore” un commercial, mais il est sans doute en train de renforcer le rôle de passerelle entre le commercial et le client. Il devrait être est un acteur capable d’humaniser une relation dans le but de faire tendre à  l’adhésion d’une marque, mais aussi de modeler des ambassadeurs et des internautes engagés, au sein d’un ensemble formant une communauté bien réelle.

Sous un angle différent de ce que rapporte Olivier Altmann, il y a un net besoin de combler le vide entre un acheteur et un vendeur; un vide ou règne des tensions, où l’on ressent  une relation de force qui laissera toujours l’empreinte d’une démarche commerciale. Comment parvenir à contourner et à briser cette atmosphère pesante ?

Aujourd’hui on opère un gros travail sur le contenu à produire, les actions à mener, les campagnes à développer. Mais existe t’il un lien plus fort pour amener tout cela vers une cible plus pertinente et par extension de qualité ? Comme amener la conclusion d’une vente sur un plateau en quelque sorte ?

Laquelle de ces sociétés ne se plierait en quatre pour répondre à un acte d’achat, à la seconde même ou un profil en évoquerait le besoin. Y arriverons-nous un jour ? Si tel est le cas, le marketing a encore de longues années de vie devant lui.  Il ne cessera de provoquer ce désir qu’est l’acte d’achat.

 

  • Un élément de réponse

Ainsi le community manager tel qu’on pourrait l’imaginer demain, serait un profil capable de s’imprégner des notions de rentabilité de sa société, un profil au background commercial qui tendrait vers l’humanisation de la relation client, et la recherche d’engagement de sa communauté. Il ne serait donc plus question de se contenter uniquement d’outils informatiques, et des réseaux sociaux au sens large du terme, mais bien du retour à un contact privilégié au travers d’événements, d’actions marketing participatives et de tout rapport permettant de placer l’humain au cœur du débat.

On ne vend pas, on laisse se faire la vente en aval mais en renforçant avec des actions sur le terrain. On s’immisce au delà de la discussion et du partage encore trop virtuel dans bien des cas, car il est question ici d’aller chercher l’information et des expériences d’utilisateurs. Il y a ici un long enseignement à apporter et à développer, mais nous resterons dans un billet court qui se veut largement ouvert à la libre réflexion.

 

  •  Un constat actuel

Ma page Facebook a 100.000 fans, mais rapporte-moi combien parmi eux sont clients ? combien sont engagés ? Que signifierait pour une marque de gagner le monde à son image, si elle tourne autour d’un esprit de compétition numérique ?

Ça reste beau  sur le papier, mais n’oublions pas que les métiers du digital sont en perpétuel mouvement, des mutations s’opèrent, des profils se redéfinissent, des fusions s’avèreront nécessaires. Il faudra recadrer tout cela pour tracer des chemins et faire ressortir des cohérences.

Cependant il demeure encore un point qui se cache en toile de fond au travers de ses propos, il est l’objet de toute les attentions, et sera un thème prochainement abordé pour tenter d’apporter des éléments de réponses. Ce point est le ROI.

 

  • Comment faire glisser le ROI dans les réseaux sociaux ? 

Sensibiliser à la notion de rentabilité les futurs community manager ? C’est un point de vue avec la question qui demeure, et nous en sommes là ! néanmoins la route continue à se construire petit à petit au milieu de nombreuses problématiques soulevées. Il faut apprendre à être patient, à engager le dialogue, et à surtout  ne pas perdre ses convictions. Le digital entame sa petite révolution au cœur des petites et moyennes entreprises principalement… doucement mais surement.

Passionné par le Social Media Management et les nouveaux leviers marketing, j’arpente le net depuis ses débuts et les médias sociaux depuis 2005. Je travaille actuellement sur le développement d’un blog qui mettra en scène le journal d’un Community Manager Terrain. Mon projet actuel consistant à développer une expertise sur une nouvelle orientation du Community Management B2B/B2C, plaçant le Community Manager au cœur de sa communauté en situation réelle.

J’aime aussi cuisiner… et c’est une passion.

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Skype